mardi 22 décembre 2015

Coup de rétro sur 1955 : westerns et Artima

1955 : Journaux et récits complets

En 1955, des publications d’inspiration laïque, plutôt didactiques et un peu austères, n’ont qu’une diffusion assez réduite. Au bimensuel Francs-Jeux, fondé en juin 1946 par la Ligue de l’enseignement s’était ajouté en 1948 le mensuel Terre des jeunes, pour les plus de 11 ans. Compte tenu de la position négative ou franchement hostile, des milieux enseignants à l’époque sur la bande dessinée, on comprend qu’elle ne fût introduite que tardivement, à dose homéopathique dans ces journaux. Jeunes Années Magazine, trimestriel pour les 8-11 ans, lancé par Les Francs et Franches Camarades en 1952-53, souffre d’une parution trop épisodique. Autre création, en septembre 1953, celle de L’Ami Coop (devenu Amis Coop en 1957), mensuel fondé par la Coopérative scolaire.
 Durant cette période existe une presse publicitaire juvénile intéressante. Outre Millat Frères Magazine, petite publication illustrée, soutenue par une marque de pâtes, et Pistolin (1955-1958), financé par le chocolat Pupier et dans lequel dessinent Uderzo, Hubinon et Sirius, Kim, de 1952 à 1968, est « distribué gracieusement aux petits amis de Shell ». Ne revenons pas sur le plus intéressant,  Ima, l’ami des jeunes, mensuel puis hebdomadaire en couleur, présenté récemment sur ce blog.


Des publications souvent classées « mauvais genres » par les adultes
Les Éditions du Siècle, publient Targa et surtout Garry, un héros guerrier et deviennent en 1951 les Éditions Impéria, divulguant les deux westerns Prairie et Hopalong Cassidy. Les Éditions Lug, débutant en 1950 avec Plutos, diffusent exclusivement des bandes italiennes et lancent les westerns Rodéo en 1951 et Tex (le ranger Tex Willer) en 1954, avant d’aborder le petit format avec Pampa et l’humoristique Kiwi dont la longévité fut exceptionnelle, en 1955. Les Éditions des Remparts de Lyon ont publié René Brantonne (1903-1979) et son fils Jack de Brown, dessinant d’un trait énergique sur des textes de Paul Mystère (alias Paul Bérato) et d’André Star (Max-André Dazergues ou André Compère, 1903-1963), dans les magazines Junior Aventures et Junior Espionnage.
Cette décennie est la plus faste pour le western populaire. En témoignent les revues et récits complets : Au galop, Far-West, Hopalong Cassidy, Kid Colorado, Pampa, Pecos Bill et Prairie (disparus en 1957) ou encore Kansas Kid (1954-1959), Petit Shériff (1950-1958), Old Bridger (1956-1963) ou Rancho (1954-1958).
Dans les petits formats, on peut citer le western Buck John, né en septembre 1953, au dessin médiocre mais doté d’une grande longévité et, pour l’humour : Bunny, et surtout, Pépito de Luciano Bottaro et Tartine. Citons encore les albums souples bon marché de la S.P.E., comme Aggie (créée aux États-Unis en 1946 et adoptée par Fillette en 1947) L’Espiègle Lili, Bibi Fricotin, Charlot, Les Pieds Nickelés (les anciens personnages « Offenstadt » repris par d’autres dessinateurs comme Lacroix, René Pellos ou Jean-Claude Forest), mais aussi Miki et Oncle Harry, de Bob Kay et A. Gérard, dont on poursuit les aventures.
Les Éditions Rouff diffusent des albums populaires uniquement  axés sur l’humour facile et la farce, comme Poucette et Zigoto.


Que se passe-t-il encore en 1955 ? Le journal Capucine disparaît après 57 numéros en décembre. Coq Hardi devient Coq hardi je serai en juillet pour 16 numéros seulement. Far West existe de mai 1955 à avril 1957 grâce à Marijac.
 Jeunesse Joyeuse raconte surtout les aventures Bibi Fricotin. Line, petite soeur du jounal de Tintin naît en mars 1955. Les Belles histoires de Nano et Nanette précèdent le "Journal de Nano et Nanette". Chez Artima sont lancés Fulgor et Hardy.

  

"Artima" : le récit complet en B.D. toujours très populaire

Le grand éditeur de province, sous la direction d’Émile Keirsbilk, fut sans doute Artima (ARTisans en IMAgerie) de Tourcoing, débutant de 1943 à 1949 par les "Albums du P’tit Quinquin" (surtout illustrés par J.E Dupuich), puis en 1948 par des séries de récits complets. Après l’abandon, en 1952, du format à l'italienne pour le format « français », naissent ses fameuses nouvelles séries aux couvertures mémorables et éclatantes de couleurs, illustrant de nombreux genres. Ce furent d’abord en 1952, Ardan, Audax, Aventures film, riche en westerns (un genre présent aussi dans Tex Bill, dessiné par René Melliès). Il y eut aussi Dynamic et Tony Cyclone, une mémorable histoire d’aviation. En 1953 naît la série de science-fiction la plus connue et la plus recherchée par les collectionneurs : Météor (due aux frères Raoul et Robert Giordan). Jungle, histoire de l’Ouest et guerre sont présentes dès 1954 avec la naissance de Tarou, une sorte de Tarzan débonnaire, Red Canyon (pour le western) et Vigor. Il faut encore citer Fulgor (1955-58),  Hardy (1955-58) et Tempest.  


Aucun commentaire:

Publier un commentaire