mercredi 31 mai 2017

"Le Livre de Poche Jeunesse" : les 50 premiers titres publiés (1979-1981)

« Le Livre de Poche Jeunesse » Les 50 premiers titres publiés



1-     Robert Escarpit Les Contes de la Saint-Glinglin Ill. Sylvie François
2-     José Mauro de Vasconcelos  Mon bel oranger (Trad. du brésilien) Ill. Marie Mallard
3-     Maurice Druon Tistou les pouces verts Ill. Jacqueline Duhème
4-     Isaac Bashevis Singer Zlateh la chèvre et autres contes (Trad. de l’anglais) Ill. Maurice Sendak
5-     Erich Kästner Le 35 mai (Trad. de l’allemand) Ill. Boiry
6-     Anna-Greta Winberg Ce jeudi d’octobre (Trad. du suédois) Ill. Annie-Claude Martin
7-     Anthony Buckeridge Bennett et sa cabane (Traduction de l’anglais par Olivier Séchan) Ill. Marie Mallard
8-     Hans Peter Richter Mon ami Frédéric (Trad. de l’allemand) Ill. Mette Ivers
9-     Robert Newton Peck Vie et mort d’un cochon (Trad. de l’anglais) Ill. Rozier-Gaudriault
10-  James Oliver Curwood Kazan (Trad. de l’américain) Ill. Serge Ceccarelli
11-  Bertrand Solet Il était un capitaine Couv. Dedalus
12-  Erich Kästner Deux pour une Ill. Boiry
13-  Astrid Lindgren Zozo la tornade (Trad. du suédois) Couv. Dedalus Ill. Jacqueline Duheme
14- Oscar Wilde Le Fantôme de Canterville et autres contes (Trad. de l’anglais) Ill. Pierrick Tillet 
15-  Sir Arthur Conan Doyle Le Monde perdu (The lost world)  (Trad. de l’anglais) Ill. Michel Siméon 
16-  François Molnar Les Gars de la rue Paul (Traduit du hongrois) Couv. Théodule Ill. T. Gergely
17-  Les Mille et une nuits Ali Baba et les 40 voleurs (Trad. de l’arabe) Ill. André Dahan
18-  Jacob & Wilhelm Grimm Le Roi grenouille et autres contes (Trad. de l’allemand)  Ill. Morgan
19-  Hans Christian Andersen Poucette et autres contes (Trad. du danois : Divers traducteurs) Ill.  Hans Tegner
20-  Charles Perrault Contes  Ill. Gustave Doré
21-  Madame de Beaumont et Madame d’Aulnoy La Belle et la Bête et autres contes Ill. Denis Dugas
22-  Jean de La Fontaine Fables choisies Ill. Grandville
23-  Alain-Fournier Le Grand Meaulnes Ill. Christopher Smith
24-  Henry Winterfeld Les Enfants de Timpelbach (Trad. de l’allemand : Die Stadt ohne Eltern.  Trad. : Olivier Séchan) Ill. Jean-Paul Barthe
25-  Jack Bickham Le Faucon de Billy Baker  (Trad. de l’anglais) Ill. Mette ivers 
26-  Irène Hunt Cinq printemps dans la tourmente (Trad. de l’anglais)   
27-  Alphonse Daudet Tartarin de Tarascon Ill. Dubout 
28-  Alberto Manzi Le Castor Grogh et sa tribu (Trad. de l’italien)
29-  Maurice Leblanc Arsène Lupin Gentleman cambrioleur Ill. Oussenko
30-  Erich Kästner Emile et les détectives  (Trad. de l’allemand) Ill. Daniel Maja
31-  Ewan Clarkson Halic le phoque (Trad. de
32-  Vercors Contes des cataplasmes (Ernestine Bourbon : Contes recueillis par son fils Vercors) Ill. Sylvie François)
33-  Syd Fleischman L'Homme qui brillait la nuit (The Ghost in the Noonday Sun : trad.  Roland Helville) Ill. Laverdet 
34-  Paul Berna : Le Cheval sans tête Ill. Jean-Paul Barthe
35-  Sir Arthur Conan Doyle La Ceinture empoisonnée (The poison belt : trad. : Robert Latour) Ill. Michel Siméon
37-  Bertrand Solet : Les Cahiers de Baptistin Etienne Ill. Françoise Boudignon
36-  Betsy Haines Une nièce de l’oncle Tom (Trad. de l’américain) Ill. Boiry


38-  Charles Vildrac Amadou le bouquillon Ill.
39-  H.-G. Wells L'Homme invisible (The invisible man,  trad. : Achille Laurent) Ill. José David 
40-  J. H. Rosny Ainé La Guerre du feu Ill. François Boudignon
41-  Louisa May Alcott Les Quatre filles du Docteur March (Trad. d’Anne Joba) Ill. Akos Szabo
42-  Bernard Clavel Légendes des lacs et rivières Ill. Morgan
43-  Linda Cline Les Prisonniers des marais (Trad. de l’anglais) Ill. Sylviane Alloy 
44- Lewis Carroll Alice au pays des merveilles (Alice's adventures in Wonderland)  Trad. d’André Bay) Ill. Rico Lins 
45-  Pamela L. Travers Mary Poppins (Trad. de Vladimir Volkoff ) Ill. Brigitte Monzein & Jean-Gabriel Monnier 4
46-  Robert Louis Stevenson Docteur Jekyll et Mister Hyde (The Strange Case of Dr. Jekyll and Mr. Hyde)  (Trad. : Jean Muray) Ill. André Verret
47-  Tove Jansson Contes de la vallée de Moumine (Trad. : Kersti & Pierre Chaplet) Ill. Tove Jansson 
48-  Jules Renard Poil de Carotte Ill. Poulbot
49- Mary Norton L'Etrange histoire de l'apprentie sorcière (Bed-Knob and Broomstick : 1.  The Magic Bed-Knob)  (Trad. : Gilberte Sollacaro) Ill. Annie-Claude Martin 
50-  Collectif .. Histoires fantastiques (Trad. : Jean Karel) Ill. José Durieux 


  

"Le Livre de poche jeunesse " à ses débuts (1979-1981)

La collection "Le Livre de poche jeunesse" : ses débuts de 1979 à 1981
    
Les naissance de plusieurs collections de poche destinées à la jeunesse et accessibles par leur prix au cours des années 1977-1980 ont révolutionné l’accès au livre pour les jeunes générations. 
En 1979, deux ans après la création de "Folio Junior", chez Gallimard, apparaît son grand rival chez Hachette (L.G.F.) : « Le Livre de poche Jeunesse », une collection élégante, bien illustrée et d’un prix abordable.


Il est étonnant que cet éditeur, créateur du "Livre de poche" français en 1953 ait attendu mars 1979 pour lancer la collection "Le Livre de poche jeunesse". Sous une maquette de Pierre Faucheux, son look est très étudié car elle veut représenter « tous les genres, tous les styles », avec « un formidable éventail d'histoires ». D'abord prudente et uniquement constituée de rééditions (tout comme "Folio Junior" jusqu'en 1984), elle s'adresse aux lecteurs de 7 à 14 ans On mêle habilement les classiques (en particulier dans le domaine des contes) et les auteurs contemporains. Après Bertrand Solent et Bernard Clavel vont apparaître Jacqueline Cervon et Christian Grenier. Parmi les premiers auteurs publiés, on remarque l'humoriste Robert Escarpit et ses Contes de la Saint Glin-Glin, José Mauro de Vasconcelos, (avec Mon bel oranger dont on a vendu plus d'un million d'exemplaires), Maurice Druon, pour le désormais « classique » Tistou les pouces verts, Isaac Bashevis Singer (Zlateh la chèvre et autres contes) et Erich Kästner dont on publie très vite trois ouvrages et surtout Emile et les détectives. Les 50 premiers numéros offre déjà une grande variété de genres et de styles. Dès l'origine, la littérature étrangère (anglaise ou américaine, allemande, italienne, scandinave ou brésilienne…) est présente.


Cette collection éclectique est aujourd'hui l'une des plus importantes pour la fiction-jeunesse car elle a intégré très progressivement les auteurs de la littérature jeunesse, mêlant romans historiques ou d'aventures, (parfois policières, fantastiques ou de science-fiction), aux récits d'actualité, plus tard « segmentés en quatre tranches d'âge : Benjamin, Cadet, Junior et Senior ».
En effet, la collection ne se limite pas à l'aventure et à l'évasion, dès les  inédits de 1984, elle n'hésitera pas à s'ouvrir aux problèmes de notre temps, certains récits évoquant la génétique, l'écologie, la guerre d'Irlande ou les difficiles rapports entre Juifs et Arabes. Portraits d'adolescents, journaux intimes, contes et légendes ou poésie ne sont pas pour autant oubliés. Dès le départ, la collection est très ouverte : les 45 premiers titres proviennent de 11 éditeurs différents, dont 8 en dehors du groupe Hachette.


La collection connaît une lente et bénéfique évolution profitant à la fois d’une bonne implantation dans le milieu enseignant par le biais des manuels, et d’une très large diffusion dont elle a la maîtrise.
En 1987, chez Hachette Jeunesse, "Le Livre de poche jeunesse" va décliner trois collections nouvelles selon les âges. Tandis que "Cadou" s'adresse aux 3-6 ans, "Copain" aux 6-8 ans, la collection "Clip" vise les 9-13 ans à qui elle propose « de l'humour, des enquêtes, de la science-fiction, des policiers, des livres-jeux » excluant la sentimentalité facile.

     Alors qu’il lance, en 1990, la collection de poésie : "Fleurs d'encre", dirigée par Jacques Charpentreau, "Le Livre de poche jeunesse", semble prêt, comme "Folio Junior", à jouer le rôle de matrice d’où naissent des collections annexes qui peuvent, éventuellement, si le succès n’est pas au rendez-vous, opérer un repliement fœtal vers la collection mère.

vendredi 26 mai 2017

"Folio Junior" a 40 ans

La collection « Folio Junior » a 40 ans

Depuis 1972, Pierre Marchand et Jean-Olivier Héron animent Gallimard Jeunesse en alliant textes et images de grande qualité. Après la prudente collection "Mille soleils", très « littéraire », c’est l’arrivée de "Folio junior", archétype réussi du poche aussitôt suivi ou copié par Bordas ("Aux quatre coins du temps"), Hachette ("Livre de poche jeunesse"), Nathan ("Arc en poche"), Flammarion ("Castor poche"), Casterman ("L’Ami de poche").         
Lorsqu'en mai 1977, Pierre Marchand et Jean-Olivier Héron, avec autant d'audace que de talent et de créativité, lancent la collection au format de poche "Folio Junior", chez Gallimard-Jeunesse, pour les 10/15 ans (et plus), ils bouleversent pour toujours en France l'accès au roman par les jeunes eux-mêmes.
(Contrairement à ce qui est parfois affirmé, ce n’est pas la première collection de poche pour la jeunesse. Il y eut « Marabout Junior » dès 1953 et « Jeunesse Poche » chez Hatier-Rageot en 1970.)  
Sous une couverture souple illustrée avec goût et en couleur, dans le même format que son aînée "Folio", la collection propose des textes français et étrangers, surtout d'origine anglo-saxonne, classiques ou originaux, en version intégrale, illustrés en noir et blanc. Le premier titre publié est l'écrit poétique : La Maison qui s'envole de Claude Roy, illustré par Georges Lemoine. Les premières années surtout, soucieuse de revivifier un patrimoine prestigieux, la collection publie les valeurs les plus sûres de la littérature, qu'elle soit générale ou destinée à la jeunesse. Contrainte d'observer une nécessaire prudence, pour rassurer les hôtes de la vénérable maison Gallimard, surpris de voir le label "Folio", symbole d'une littérature « légitime », accolé au mot "junior", la collection ne publie d'abord que des rééditions. Selon Pierre Marchand, diplomate et tacticien adroit, il s'agit de « maintenir en vie le patrimoine de titres prestigieux de la maison Gallimard ».

C'est pourquoi on fait appel aux meilleurs graphistes contemporains comme Sempé, Georges Lemoine, Roger Blachon, Claude Lapointe, Kelek, Puig Rosado, Etienne Delessert ou Enki Bilal... Un soin si particulier est apporté aux illustrations que ces livres sont souvent précieusement gardés par leurs lecteurs, du moins tant que le brochage résiste !
La collection généraliste ne distingue pas, au départ, les tranches d’âge en couverture. Même si en 1977, on privilégie les textes anciens du XIXe siècle, la traduction de grands classiques étrangers et quelques auteurs contemporains, peu à peu sont abordés tous les genres : conte, fantastique et fantasy, mystère et merveilleux, histoire, policier, science-fiction vont apparaître. Si les thèmes sont variés : amour et amitié, animaux, famille, enfance et adolescence, voyage…, on remarque une orientation vers l'aventure et l'évasion, sans le souci d'une prise directe sur la société actuelle. Finalement, en visant les futurs lecteurs de littérature, le meilleur des livres de jeunesse est souvent là...


C'est aussi en raison d'une exigence de qualité que l'on trouve d'abord Jules Verne (De la Terre à la Lune et Autour de la Lune), Michel Tournier dont le récit : Vendredi ou la vie sauvage (1971), n'a que 6 ans et Michel Déon pour le récent conte : Thomas et l'infini (1976). Gaston Bonheur (Tournebelle), André Dhôtel et René Fallet (son récit : Bulle ou la voix de l'océan, intitulé Bulle en 1970 chez Denoël, doit sa subite renommée à son analyse dans la revue pédagogique L’Ecole des lettres), précèdent Jean-Marie G. Le Clézio, absent en 1977. C'est seulement après avoir publié William Faulkner (L’Arbre aux souhaits), et L'Appel de la forêt, de jack London, John Steinbeck et le dramatique Poney rouge ou Oscar Wilde (Le Prince heureux et Le Géant égoïste)…, qu'on réédite les classiques de la littérature anglo-saxonne. Alors reparaitront Peter Pan, Le Magicien d'Oz, Petite princesse, Le Petit Lord Fauntleroy, et Treize à la douzaine. Puis viendront les ouvrages de H-G. Wells, de Leon Garfield, après le contemporain Roald Dahl dont le tiercé gagnant, constitué par Fantastique Maître Renard (1977), James et la grosse pêche et Charlie et la chocolaterie (1979), fait bien des heureux chez ceux qui apprécient l’humour et l’art de conter. Dans la veine humoristique venue d'ailleurs, on ne pouvait que rencontrer Dick


King-Smith, ou l'Allemand Erich Kästner (Prix Hans Christian Andersen en 1960), pour les Gens de Schilda. Après Les Petits contes nègres pour les enfants des blancs, réunis en 1928 par Blaise Cendrars, viennent les contemporains francophones. D’abord, William Camus pour son recueil de légendes indiennes : Les Oiseaux de feu (1978), Nadine Garrel (devenue plus tard Nadejda), l’auteur d’Au pays du grand condor, en 1977, Jacqueline Held (Le Chat de Simolombula), et Jean-François Ménard, dont Le Voleur de chapeaux séduira enseignants et élèves. La collection, sorte de modèle, incitera vite d'autres éditeurs à imiter la formule de « poche » et à adopter la publication des textes en version intégrale.
Il semble qu'en éditant des textes généralement courts, on ait tiré la leçon de l'expérience, parfois trop hardie, de "Mille Soleils", adoptant la même rigueur mais avec des textes surabondants. Le succès vient très vite puisque, dès la fin de l'année 1977 qui a vu paraître 30 titres, le tirage est de 35 000 exemplaires et cette réussite est d'autant plus remarquable que Gallimard ne dispose pas de la logistique des éditeurs fortement implantés, et depuis longtemps, dans le domaine de l'édition scolaire par le biais des manuels. Rappelons une innovation discrète mais capitale au point d'être vite imitée : les notices bio-bibliographiques concernant l'auteur et l'illustrateur. Très tôt est dépassé l'objectif premier, centré sur les rééditions de « classiques », ce qui à long terme risquait de stériliser la création. 


La collection s'étoffe tout en restant fidèle à la spécificité éditoriale de la maison. Gallimard, s'ouvre aux inédits et, peu à peu, sont abordés tous les genres : conte, fantastique, mystère et merveilleux, histoire, policier, science-fiction vont apparaître. Si les thèmes sont tout aussi variés : amour et amitié, animaux, famille, enfance et adolescence, voyage…, on remarque une orientation vers l'aventure et l'évasion, sans le souci d'une prise directe sur la société actuelle et ses problèmes. Finalement, en visant les futurs lecteurs de la littérature, on aboutit au fait que le meilleur des livres de jeunesse est souvent là... Il faudra attendre 1984 pour voir paraître des inédits. Des titres de la collection "Plein vent", créée chez Laffont, seront repris. (L'Ile aux fossiles vivants d’André Massepain, Sierra brûlante de Pierre Pelot, les ouvrages historiques de Claude Manceron (Le Citoyen Bonaparte : la jeunesse de Napoléon, Austerlitz) et la série Pièges de Willard Price).

Texte rédigé surtout à partir de mes deux ouvrages :
- Littérature de jeunesse et presse des jeunes au début du XXIe siècle. Esquisse d’un état des lieux, Enjeux et perspectives  L’Harmattan, mai 2008.
 
- Fictions et journaux pour la jeunesse au XXe siècle L’Harmattan, janvier 2014.

Les illustrations reproduisent les couvertures des 30 volumes de la collection « Folio Junior » publiés en 1977

1- Claude Roy La Maison qui s'envole (1977)  - isbn : _  Ill. : Georges Lemoine
2- John Steinbeck Le Poney rouge Ill. couv. Kelek + Bernard Héron
3- Oscar Wilde .. Le Prince heureux, le Géant égoîste et autres contes  Ill + Etienne Delessert
4- Sempé Goscinny Les Vacances de Nicolas Ill. Sempé
5- Roald Dahl  Fantastique Maître Renard (Fantastic Mr. Fox, 1970)  trad. : Marie-Raymond Farré -   Ill. Puig Rosado + Jill Bennett
6- L’Evangile selon Saint Luc Ill. Georges de La Tour (couv), Albrecht Dürer
7- Elvire de Brissac Grabuge et l’indomptable Amélie
8 Jack London L’Appel de la forêt Ill. couv. Galeron + Tudor Banus
9 René Fallet Bulle ou la voix de l’océan Ill. couv. Robert Constantin + Mette Ivers
10 Gaston Bonheur Tournebelle Ill. Alain Leray
11- Comtesse de Ségur Le Malheurs de Sophie Ill. H. Castelli
12- Jules Verne .. De la Terre à la Lune Ill.. : Enki Bilal + Montaut
13- Erich Kästner Les Gens de Schilda (Die Schildbürger)  trad. : Gérard Peterolff
Ill. Fernando Puig Rosado
14- Dino Buzzati La Fameuse invasion de la Sicile par les Ours (La Famosa invasione degli orsi in Sicilia, 1945)  trad. : Hélène Pasquier Ill. : Claude Lapointe + Dino Buzzati
15 Comtesse de Ségur Un bon petit diable Ill. H. Castelli
16 : William Faulkner : L’Arbre aux souhaits Ill. Kelek
17- Max Jacob Histoire du roi Kaboul 1er
18- Hans Christian Andersen La Reine des neiges : conte en sept histoires (Snedronningen, 1844)  trad. : P. G. La Chesnais Ill.  Couv.: Kelek + Mette Ivers
19- Isoko et Ichiro Hatano L’Enfant d’Hiroshima
20 Anonyme Le Roman de Renart 1
21 Jacques Prévert Contes pour enfants pas sages Ill. Couv. Etienne Delessert + Elsa Henriquez
22- Nadine Garrel Au pays du grand condor Ill. Keleck 
23- Charles Dickens La Vie de Notre-Seigneur Jésus-Christ
24- Sempé Marcellin Caillou Texte et Ill. Sempé
25- Jacques Prévert Lettres des îles Baladar Ill. André François
26- Jules Verne Autour de la Lune Ill. Enki Bilal + Emile Bayard & Alphonse de Neuville
27- Grandville Peines de cœur d’une chatte anglaise Vie privée et publique des animaux I
28- Charles Perrault Contes de ma mère l’Oye
29- Rudolf Erich Raspe Aventures du baron de Münchhausen (Abenteuer des berühmten Freiherrn von Münchhausen, 1785)  trad. : Théophile Gautier Fils Ill. Nicollet
30- Michel Tournier Vendredi ou la vie sauvage




dimanche 30 avril 2017

Collection "L'Ami de poche" chez Casterman : originale mais éphémère

Une collection originale mais éphémère : "L’Ami de Poche" (1980-1984), chez Casterman



Dans le domaine des collections de poche, après « Folio junior » collection créée en 1977 chez Gallimard Jeunesse, « Le Livre de poche jeunesse » née en 1979, en 1980, la même année qui voit apparaître « Castor junior Flammarion », il faut saluer la naissance, chez Casterman, de la collection "L'Ami de Poche". Elle est dirigée jusqu’en 1985 par Jean-Hugues Malineau, écrivain et poète. En dépit d’indéniables qualités, et d’une grande « diversité des genres, des tons, des styles d'écriture et d'illustrations », elle ne durera pas.
Pour les plus de dix ans, dans des volumes qui vont du simple au quintuple (de moins de 80 pages à plus de 240), la collection propose la réédition de classiques parfois un peu oubliés (L'Ami Fritz et le plus rare et fantastique Hugues le loup de Erckmann-Chatrian, Le Petit chose de Daudet, Maria Chapdelaine de Louis Hémon, Histoires naturelles de Jules Renard ou Le Fils du diable de Paul Féval…) ou réécrits par des auteurs contemporains, tes François Johan (Floire et Blanchefleur) et Pierre Dubois (La Chute de Robin des bois).


Si des personnages comme Tarass Boulba, Till l’espiègle, Robin des bois (revu avec humour par Pierre Dubois), le Capitaine Corcoran, et même Gockel et Hinckel de Brentano, revus et adaptés, ne surprennent pas, le lecteur étonné découvre Michael Kohlhaas de Von Kleist, Le Géant Yeous de George Sand ou La Filandière de Balzac.


Les modernes Yves Sandre (Le Dévorant, Terremoto), Andrée Chédid (Mon ennemi, mon frère), André Laude (Joe Davila l’aigle) sont aussi présents. De plus, la part réservée à la création, parfois poétique, est originale, grâce à des auteurs comme Pierre Dubois (avec Le Capitaine Trèfle) mais le facétieux elficologue propose aussi L’Almanach sorcier. Gérard Bialestowski (1946-2007), outre Victor et le corbeau-roi, joue avec les mots dans son P'tit Jo vole ou l'auteur de B.D. Jean-Claude Forest (célèbre depuis Barbarella) offre son unique roman : Lilia entre l'air et l'eau.


Plus rare à l'époque dans le roman francophone que dans la B.D. où il triomphe, le western est illustré par la résurrection de la série Dylan Stark de Pierre Pelot, un peu censurée par rapport à l’originale parue chez Marabout, mais forte de dix volumes mis en images par Michel Blanc-Dumont. De Mary Jemison, est traduite l'histoire d'une femme Enlevée par les Indiens Senecas (à 12 ans).


Le genre policier reste discret avec La Vigne de Nanterre de Bruno Menais et un texte fort, réédité depuis, Blues pour Marco d’Olivier Lécrivain. L’éditeur a classé dans le genre Le Monstre de Borough de John Flandres. Les aventures chevaleresques sont  à l'honneur. François Johan, qui a aussi adapté Les Quatre fils Aymon, propose en 5 tomes une nouvelle version des Chevaliers de la table ronde, depuis Les Enchantements de Merlin jusqu’à La Fin des temps chevaleresques. André Hodeir publie deux Aventures de la Chevalière.


La science-fiction et la fantasy sont représentées par La Fée et le géomètre de Jean-Pierre Andrevon, et des récits de Joëlle Wintrebert (Nunatak), Robert Silverberg (Les Conquérants de l'ombre) et Van Vogt (Destination Centaure). Quant aux récits de L’Épée magique de Dunstan Martin et des 4 histoires insolites, ils ressortissent au fantastique.
Dans la catégorie humour, émergent l’édition illustrée des Lettres d’un oncle perdu du trop rare Mervyn Peake (1911-1968) qui illustre lui-même le livre, Les Treize horloges de James Thurber et Trois hommes dans un bateau de Jerome K. Jerome.


Renforcent cet éclectisme, tous azimuts, les traductions russes (La Fille du capitaine de Pouchkine), germaniques (Michael Kohlhass de Von Kleist), anglo-saxonnes et espagnole, puisque l’on publie Le Lazarillo de Tormès, récit espagnol anonyme de 1554.
Selon les usages hélas disparus de l’époque, les ouvrages, en plus des deux ouvertures illustrées en couleur, sont agréments d’illustrations en noir et blanc. Elles sont dues à de illustrateurs de talent comme Bérénice Cleeves, Enki Bilal, Nathaële Vogel, Akos Szabo, Pierre Cornuel, Daniel Billon, Daniel Maja… Les auteurs de bande dessinée ne sont pas en reste puisque l’on reconnaît Enki Bilal, René Hausman, Jacques Tardi, Dino Battaglia, Serge Bloch, Michel Blanc-Dumont…
Si la disparition de la collection en 1985, après la parution d’environ 65 volumes, est inexplicable, on se console en découvrant que certains titres réapparaîtront chez l’éditeur.

(D’après la présentation largement revue et augmentée de la collection dans Fictions et journaux pour la jeunesse au XXe siècle, édition 2014, pages 330-331)

Ce texte peut aussi être considéré comme un hommage à Jean-Hugues Malineau, grand bibliophile, poète et passeur de poésie, disparu le 9 mars 2017 à l’âge de 71 ans.   

mercredi 8 mars 2017

KOPA, une légende du foot dans la presse et les journaux pour la jeunesse

Raymond KOPA (1931-2017) : Une légende du football présente dans les journaux et les livres pour la jeunesse

Disparu à l’âge de 85 ans, Raymond Kopa, né Kopaszewski, demeurera la 1ère star du foot français tans son palmarès est impressionnant.
Ce fils d’émigré polonais né à Noeux-les-Mines, dans le Pas-de-Calais, à une époque où la France était encore une terre d’accueil, a été sauvé de la mine grâce à ses aptitudes exceptionnelles dans le football. N’a-t-il pas remporté tous les titres nationaux et internationaux ?




Il est naturellement l’objet de plusieurs bandes dessinées de quelques pages, mêlant histoire et fiction, dans les journaux pour la jeunesse. Voici en septembre 1956 une B.D de 4 pages due à Auguste Liquois pour l’hebdomadaire Ima l’ami des jeunes.



La seconde, toujours de quatre planches, est parue dans le journal de Tintin en juillet 1960. Elle n’est pas signée mais elle semble due au dessinateur belge René Follet (qui signe parfois REF).




Toujours dans Tintin, Raymond Reding introduit Raymond Kopa en 1963, dans le premier épisode de sa série footballistique Vincent Larcher (laquelle précède de 16 ans la série du footballeur Eric Castel)  


Paul Ordner, grand dessinateur des sports (1901-1969) consacre aussi en 1958 plusieurs planches à Raymond Kopa et la coupe du Monde dans un numéro spécial de L’Intrépide. C’est lui aussi qui dessine Kopa en action sur la couverture du livre Kopa, Coppi… et autres champions paru dans la collection « Spirale » chez G.P.
Le magazine Pilote, dès le numéro 6, montre Kopa en couverture au milieu de jeunes footballeurs. 
Ce n’est qu’en 1960 que l’hebdomadaire Coeurs Vaillants consent à mettre Kopa à la Une de son journal avec un dessin du sportif réalisé par Robert Rigot.
Le grand dessinateur sportif Pellos a-t-il dessiné Kopa ? Sans doute mais pas, semble-t-il, dans les publications destinées à la jeunesse
On s’étonne de ne pas voir Kopa apparaître dans les fameuses Histoires de l’Oncle Paul  du journal de Spirou.  


Plusieurs exemplaires de l’hebdomadaire Vaillant et de son successeur Pif Gadget évoquent aussi le champion soit en couverture, soit en pages intérieures.