mercredi 31 mai 2017

"Le Livre de poche jeunesse " à ses débuts (1979-1981)

La collection "Le Livre de poche jeunesse" : ses débuts de 1979 à 1981
    
Les naissance de plusieurs collections de poche destinées à la jeunesse et accessibles par leur prix au cours des années 1977-1980 ont révolutionné l’accès au livre pour les jeunes générations. 
En 1979, deux ans après la création de "Folio Junior", chez Gallimard, apparaît son grand rival chez Hachette (L.G.F.) : « Le Livre de poche Jeunesse », une collection élégante, bien illustrée et d’un prix abordable.


Il est étonnant que cet éditeur, créateur du "Livre de poche" français en 1953 ait attendu mars 1979 pour lancer la collection "Le Livre de poche jeunesse". Sous une maquette de Pierre Faucheux, son look est très étudié car elle veut représenter « tous les genres, tous les styles », avec « un formidable éventail d'histoires ». D'abord prudente et uniquement constituée de rééditions (tout comme "Folio Junior" jusqu'en 1984), elle s'adresse aux lecteurs de 7 à 14 ans On mêle habilement les classiques (en particulier dans le domaine des contes) et les auteurs contemporains. Après Bertrand Solent et Bernard Clavel vont apparaître Jacqueline Cervon et Christian Grenier. Parmi les premiers auteurs publiés, on remarque l'humoriste Robert Escarpit et ses Contes de la Saint Glin-Glin, José Mauro de Vasconcelos, (avec Mon bel oranger dont on a vendu plus d'un million d'exemplaires), Maurice Druon, pour le désormais « classique » Tistou les pouces verts, Isaac Bashevis Singer (Zlateh la chèvre et autres contes) et Erich Kästner dont on publie très vite trois ouvrages et surtout Emile et les détectives. Les 50 premiers numéros offre déjà une grande variété de genres et de styles. Dès l'origine, la littérature étrangère (anglaise ou américaine, allemande, italienne, scandinave ou brésilienne…) est présente.


Cette collection éclectique est aujourd'hui l'une des plus importantes pour la fiction-jeunesse car elle a intégré très progressivement les auteurs de la littérature jeunesse, mêlant romans historiques ou d'aventures, (parfois policières, fantastiques ou de science-fiction), aux récits d'actualité, plus tard « segmentés en quatre tranches d'âge : Benjamin, Cadet, Junior et Senior ».
En effet, la collection ne se limite pas à l'aventure et à l'évasion, dès les  inédits de 1984, elle n'hésitera pas à s'ouvrir aux problèmes de notre temps, certains récits évoquant la génétique, l'écologie, la guerre d'Irlande ou les difficiles rapports entre Juifs et Arabes. Portraits d'adolescents, journaux intimes, contes et légendes ou poésie ne sont pas pour autant oubliés. Dès le départ, la collection est très ouverte : les 45 premiers titres proviennent de 11 éditeurs différents, dont 8 en dehors du groupe Hachette.


La collection connaît une lente et bénéfique évolution profitant à la fois d’une bonne implantation dans le milieu enseignant par le biais des manuels, et d’une très large diffusion dont elle a la maîtrise.
En 1987, chez Hachette Jeunesse, "Le Livre de poche jeunesse" va décliner trois collections nouvelles selon les âges. Tandis que "Cadou" s'adresse aux 3-6 ans, "Copain" aux 6-8 ans, la collection "Clip" vise les 9-13 ans à qui elle propose « de l'humour, des enquêtes, de la science-fiction, des policiers, des livres-jeux » excluant la sentimentalité facile.

     Alors qu’il lance, en 1990, la collection de poésie : "Fleurs d'encre", dirigée par Jacques Charpentreau, "Le Livre de poche jeunesse", semble prêt, comme "Folio Junior", à jouer le rôle de matrice d’où naissent des collections annexes qui peuvent, éventuellement, si le succès n’est pas au rendez-vous, opérer un repliement fœtal vers la collection mère.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire