jeudi 29 novembre 2018

L'Epopée de Gilgamesh dans la presse des jeunes et la littérature jeunesse


L’Épopée de Gilgamesh dans la presse des jeunes et dans les ouvrages
accessibles à la jeunesse

Sauf erreur de ma part, la presse pour la jeunesse a rarement informé jusqu’ici ses jeunes lecteurs de l’existence de L’Épopée de Gilgamesh.
Je citerai seulement :



- Une aventure palpitante : Gilgamesh : Hebdomadaire Pilote n° 402 du 6 juillet 1967
L’Épopée de Gilgamesh en bandes dessinées de José Bielsa : pages 23 à 29.
Pilotorama : Khafaja dans l’antique Sumer (dessin double page de Henri Dimpre)




-         Gilgamesh, le premier héros de l’humanité : Mensuel Virgule n° 107, novembre 2018. Editions Faton. Pages 12-21.

« Né il y a cinquante siècles, dans sa première version, ce long poème à la fois étrange et familier n’a rien perdu de sa force tragique. Ses quelque trois mille vers dont nous connaissons à peu près les deux tiers, couvrant douze tablettes, souvent incomplètes, parfois impossibles à reconstituer dans leur intégralité, nous parlent d’abord du sort commun à tous les hommes, celui d’être mortel (…).
     L’Epopée de Gilgamesh raconte l’histoire devenue légendaire du roi d’Ourouk, une Cité-État dont il aurait été le souverain vers 2650 ou 2600 av. J.-C et dont il subsiste des ruines en Irak (sous le nom actuel de Warka).
Gilgamesh, seigneur tyrannique de la cité d’Ourouk, s’affronte à son rival Enkidou, un homme sauvage créé par les dieux pour le ramener à la raison.
Devenus amis après s’être battus, les deux hommes partent au coeur de la Forêt des Cèdres pour vaincre le géant Houmbaba.
Séduite mais repoussée par le roi vainqueur Gilgamesh, la déesse Ishtar se venge en lâchant sur terre le taureau céleste, tué à son tour.
Mécontents du rôle irrespectueux d’Enkidou, les dieux le font mourir au grand désespoir de Gilgamesh.
Le roi d’Ourouk décide de partir à la recherche d’Outa-Natpishtim, seul humain devenu immortel. Sa quête échoue et il ne peut goûter la plante de l’éternelle jeunesse dévorée par un  serpent. Il rentre à Ourouk, résigné et plein de sagesse.      
     La patience des archéologues, depuis un siècle et demi, a permis de retrouver différentes versions de cette œuvre, dispersées dans l’ensemble du Moyen Orient, en Anatolie, des lisières du plateau d’Iran jusqu’aux rives de la Méditerranée, des pays de la Mésopotamie à la Palestine, en passant par la Syrie et le Liban. D’abord transmise oralement pendant plusieurs siècles, déjà rédigée à partir du IIe millénaire av. J.-C., elle a été traduite ou adaptée dans différentes langues, à des époques différentes. »
(L’Épopée du roi Gilgamesh et de son ami Enkidou
Adaptation libre par Raymond Perrin, L’Harmattan, 2013 « La légende des mondes »  
Extrait de l’introduction.)


                                             Ouvrages accessibles aux scolaires
Au départ, les scolaires ne disposaient guère que de la version de Pierre Grimal Histoire de Gilgamesh parue dans Contes et légendes de Babylone et de Perse /chez  Pierre Grimal chez Nathan en 1962, dans la fameuse collection « Contes et Légendes de tous les pays ».
Plus tard, Henri Gougaud propose Enkidou et Gilgamesh (Sumer) dans: L'Arbre à soleils de Henri Gougaud. collection « Points » au Seuil.
Il faut attendre 1996 pour lire  La Célèbre légende babylonienne du roi Gilgamesh qui voulait être immortel de Jiri Tomek traduit par Llona Lartigue, dans Contes de l'Antiquité, chez  Gründ, collection « Les Grands classiques de tous les temps ».
L’introduction des textes fondateurs dans les programmes du collège va entraîner une profusion de publications à partir de 2001. On remarque ainsi :
- L’Épopée de Gilgamesh racontée par Michel Laporte
dans 6 récits de Babylonie – Paris : Castor Poche Flammarion, 2001 pp. 45-103.
* Le Premier Roi du monde. L’Épopée de Gilgamesh / Jacques Cassabois – Paris : Hachette Jeunesse, 2004, (« Livre de poche jeunesse ; 1008 »)     
- Gilgamesh / adaptation de Léo Scheer
« Le premier roman de l’Histoire » « Librio », 2010.
* Gilgamesh / Adaptation de Martine Laffon d’après la traduction de Jean Bottéro,
Dossier par Françoise Santoni-Bissaïn
Paris : Belin-Gallimard, 2009. 126 p
« Texte intégral et Dossier / ClassicoCollège »
* L’Épopée de Gilgamesh racontée par Pierre-Marie Beaude
Pierre-Marie Beaude – Paris : Gallimard Jeunesse, 2009. 128 p.
« Folio junior Textes classiques ».
* Le Récit de Gilgamesh. L’homme qui partit en quête de la vie sans fin  / Traduction remaniée et abrégée par Stéphane Labbe
- Paris : École des Loisirs, 2010. « Classiques abrégés », 140 p.
* Gilgamesh, le roi qui ne voulait pas mourir par Viviane Koenig
- Paris : Oskarson (Oskar Jeunesse), 2010. 160 p. Ill. : Erwan Pagès « Histoire & Société ».
* L'Épopée de Gilgamesh en 8 récits par Jean Muzi
- Paris : Flammarion Jeunesse, 2011. 128 p. Illustrations de Frédéric Sochard.
* Gilgamesh Adaptation, présentation et commentaires par Alain Migé
- Paris : Editions Larousse, 2012. 127 p. « Petits classiques Larousse ; n° 178 »

Je me permets d’ajouter mon ouvrage :
* L’Épopée du roi Gilgamesh et de son ami Enkidou
Adaptation libre par Raymond Perrin
-          Paris : L’Harmattan, 2013 « La légende des mondes ».   


Aucun commentaire:

Publier un commentaire