vendredi 31 août 2012

"Bibliothèque de l'Amitié" : de nouveaux auteurs (5)


La « Bibliothèque de l’Amitié » chez L'Amitié-G.T.-Rageot (5)

En 1968-1969, les éditeurs estiment qu'ils proposent « un ensemble de romans variés, entraînants, abondamment illustrés en noir et en couleur. Sports, aventures, nature, vocation, chaque livre offre au lecteur des textes vivants, très bien écrits, éveillant le goût de l'action, de la découverte et de la nature ».
Une évolution va s'esquisser puisqu'on lit dans le catalogue de 1981 : « Les thèmes sont variés : aventure, suspense, nature, émotion, rêve, communication et offrent aux enfants de multiples ouvertures sur la vie et le monde dans lequel ils vivent ».


Un titre symbolise bien ce nouvel esprit et l'approche de sujets contemporains, le fameux Aurore, la petite fille du bâtiment Z de Anne Catharina Vestly, vendu à plus de 70 000 exemplaires et qui décrit avec talent et vérité la vie quotidienne d'une famille dans un grand ensemble.
Parmi les ouvrages traduits à succès, il faut surtout retenir les récits de Maria Gripe, en particulier Julie et le papa du soir qui raconte les aventures cocasse d’un étudiant en géologie qui garde la nuit une petite fille seule car sa maman est infirmière.
De la Suédoise Gunnel Linde, la collection a traduit en 1976, Exploits pour une pierre blanche qui raconte l’histoire fascinante de l’amitié qui lie la fillette Fia, alias Fideli, et la garçon Hampus, alias  Prince Périlleux qui rivalisent tous deux d’imagination pour la possession d’une pierre blanche prétendument magique.
De nombreux ouvrages sont traduits par Edith Vincent, notamment Les Cow-boys du lac perdu (1970) de F. Brauman, Penny trouve un frère de Carolyn Haywood, Course contre le feu d’Yvan Southall, etc.
C’est Caroline Westberg, (fille de Catherine Scob, laquelle dirige les éditions Amitié G.T. Rageot depuis 1971) qui traduit Le Royaume de la rivière de Katherine Paterson. Depuis qu’un film a été tiré de ce roman, on le connaît mieux sous le titre : Le Secret de Térabithia.  Ce roman insolite est surtout l’histoire d’une amitié entre deux enfants solitaires construite autour de la magie du royaume imaginaire de Térabithia.  Il faudrait encore évoquer les récits de Betsy Byars (Le Secret de l’oiseau blessé, Les Amis du grenier, Des vacances à histoires), ceux de Linda Cline, d’Adrien Martel, de Dagmar Galin, de Max Lundgren ou de William H. Armtrong

De nouveaux auteurs français


Mais ce qui caractérise aussi la collection à partir des années 70, c’est l’introduction de nouveaux auteurs français de la nouvelle génération. 
Auparavant, rappelons que la publication des récits d’aventure de François Balsan s’échelonne de 1964 à 1972. On rencontre successivement Yambo, enfant de la brousse,  Les Contrebandiers du Baloutchistan (1967), Aventure au Yémen (1970), Embuscades en Ethiopie (1971), et La Fiancée rouge (1972).
  Certes, on continue aussi l’édition des romans d’Yvon Mauffret, commencée en 1967 avec Le Trésor du Menhir, Prix Korrigan 1967, continuée en 1969 par Rencontre à Rio. Quatre publications vont suivre : Le Mousse du bateau perdu (1973),  Les Naufragés de Douarnenez (1979), Pour un petit chien gris (1981) et Gildas de la mer (1983).
De Pierre Pelot, après L’Unique Rebelle en 1971, la collection publie quelques épisodes de la série western Dylan Stark (Le Vent de la colère (1973), Le Hibou sur la porte (1974) et Quand gronde la rivière (1972) et surtout, Les Etoiles ensevelies (1972), maintes fois réédité avec des couvertures différentes. (Les Changements de photo de couverture, au fil des rééditions, sont une pratique fréquente dans cette collection). Les Etoiles ensevelies conte surtout rencontre d’un enfant en fugue de la Haute-Saône et d’un sans-papier Espagnol. Le récit a été adapté pour la télévision par Pierre Cardinal en 1974 (d’où la couverture présente ici).
Nicole Vidal, Huguette Pirotte et Huguette Pérol n’ont pas seulement alimenté la collection "Bibliothèque de l'Amitié -Histoire".  Nicole Vidal a publié en outre Nam de la guerre, un roman fort lié à la guerre du Vietnam. (D’ailleurs, le roman aurait davantage trouvé une place appropriée dans la collection pour adolescents, « Les Chemins de l’Amitié », créée en 1973). Huguette Pirotte a raconté comment la jeune Anne rêve de participer à la grande aventure des skieurs de compétition dans L’Espoir de la « Combe Folle » tandis qu’Huguette Pérol, dans La Jungle de l’or maudit (bien illustré par Frédéric Clément), montre comment Joao n’a pas pu résister au dangereux appel de l’or.


L’ouverture sur le récit policier se fait à travers Drôle de hold-up de Nicole Schneegans et Vous avez dit bizarre de Jacqueline et Claude Held. Des récits ouverts sur l’imaginaire apparaissent avec Messier 51, récit S-F de Christian Grenier, La Cité des brumes de François Sautereau, Le Mystère de la nuit des pierres d’Evelyne Brisou-Pellen et Le Prince d’Aéropolis, récit inclassable de Jean Alessandrini et Les Sorcières du Boisjoli de Maryse Wolinski (illustré par Pef).
Les couvertures permettent de découvrir les romans des autres écrivains contemporains que sont Susie Morgenstern, Jean-Paul Nozière, Yves Pinguilly, Roger Judenne, Emmanuel Baudry, Olivier Lécrivain, etc.


La création des collections « Jeunesse Poche » en 1970 et des « Maîtres de l’aventure » en 1982 a pu nuire à la visibilité de la  "Bibliothèque de l'Amitié", ce qui ne l’a toutefois pas empêcher de vendre des millions d’exemplaires.  La collection a été récompensée par une multitude de prix littéraires.   
C’est  en 1989, chez G.T. Rageot, séparé des Editions de l’Amitié, qu’apparaît "Cascade", collection dirigée par Caroline Westberg. Contrairement à ce qu’on affirme parfois, tous les romans de la "Bibliothèque de l'Amitié" ne sont pas réédités dans cette collection.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire