mardi 9 décembre 2014

Lisez les livres de François Sautereau disparu en septembre 2014

Lisez les livres de François Sautereau

Merci à Christian Grenier et Yves Pinguilly, relayés par André Delobel du CRILJ, grâce à qui nous savons que l’écrivain pour la jeunesse François Sautereau nous a quittés depuis septembre 2014. Je ne le connaissais pas mais j’ai souvent recommandé ses récits aux jeunes collégiens et parlé ensuite dans mes livres de ses romans, en particulier de ceux touchant au fantastique et à la science-fiction qu’il a su rendre accessibles aux jeunes lecteurs.


C’est dans la prestigieuse collection « Bibliothèque Internationale » créée par Isabelle Jan, chez Nathan, que François Sautereau publie en 1977 son premier roman, Un trou dans le grillage, trou découvert par le jeune Grison et son amie Prune. Ce récit qui marque les débuts de François Sautereau sera réédité dans la collection « Arc-en-poche », chez Nathan en 1997.  Dans la même collection, François Sautereau est aussi l’auteur du Train M. Il s’y montre orfèvre d’un fantastique né au cœur du quotidien.
Le dernier titre de la collection « Les Chemins de l’Amitié, aux Éditions de l’Amitié-G.T.-Rageot, est fourni par François Sautereau avec Prisonniers des médias, en 1983.
C’est aussi parmi les derniers titres de la collection « Souveraine », chez G.P., que paraît, en 1979, La Cinquième dimension de François Sautereau, mêlant fantastique et science-fiction (un récit judicieusement réédité en 1986, au « Livre de Poche Jeunesse », l’année où parait La Cité des brumes dans la « Bibliothèque de l’Amitié », chez Rageot).
Le fantastique est encore évident dans la trilogie La Longue marche de Benjamin, commencée avec La Vallée des esprits (1989), poursuivie dans La Forteresse de la nuit et close par La Fontaine maléfique (1990). L’ensemble des trois volumes d’abord paru dans la collection « Les Maîtres de l’Aventure » est réuni et réédité dans La Vallée des esprits en 2005, avec une belle couverture de Vincent Dutrait.
Chez Milan, dans la collection « Zanzibar » animée par Christian Poslaniec, La Petite planète de François Sautereau mêle si harmonieusement une histoire d’amour et les paradoxes temporels que son livre mérite de survivre dans la mémoire. C’est grâce à une petite boule découverte dans une carrière que le jeune Parisien Cédric, en vacances en Côte-d’Or, va se transporter des milliers d’années en arrière dans un pays où les hommes luttent pour leur survie mais surtout où il rencontre Flore qui bouleverse sa vie.   
Dans un des plus grands succès de la collection « Cascade », intitulé Classe de lune, chez Rageot, François Sautereau entretient toujours sa familiarité avec le fantastique et il revient dans la collection en s’amusant  beaucoup quand il décrit les vœux exaucés pour Les Indiens de la Rue Jules Ferry (un récit réédité chez Hatier dans « La Courte Échelle » en 2000.
En 2000, dans la collection « Les Couleurs du siècle », conçue et réalisée par les auteurs de la Charte des écrivains, pilotée en particulier par Christian Grenier, François Sautereau situe le plus loin dans le temps du siècle Le Cahier jaune dans lequel la légende des compagnons de la Croix du Sud hante encore, au début du siècle, le Paris des Halles.
Pour la fameuse collection « Contes et Légendes » remise au goût du jour, chez Nathan, l’écrivain revisite en 1998 les Contes et Légendes de la naissance de Rome.
C’est aussi chez Nathan dans la collection « Pleine Lune » que l’auteur qui sait mettre à la portée des jeunes lecteurs les charmes du fantastique leur offre La Montre infernale (1997) et L’Orpheline de Mars (1998) avec des illustrations de Serge Clerc. Sur Mars au XXIIe siècle, la vie subsiste sous une gigantesque bulle artificielle dont s’évade, quand la révolte gronde, une orpheline de 13 ans, Lorindel.    
Quand Hélène Wadowski crée la série "Science-fiction" dans la collection « Castor Poche Flammarion », en 1997, François Sautereau lui confie le récit inédit Terminal Park, un monde dans lequel réalité et monde virtuel ne tardent pas à se confondre.



Je me doute bien qu’il est difficile aujourd’hui de trouver dans les librairies et les bibliothèques les livres de François Sautereau puisque le nouveau livre a vite fait de chasser l’ancien. Raison de plus pour faire l’effort de découvrir ou de redécouvrir cet auteur aussi discret que talentueux et généreux. C’est ainsi qu’il sera toujours vivant.   


Aucun commentaire:

Publier un commentaire