mercredi 18 mars 2015

Gilgamesh, réveille-toi !

Gilgamesh ! Réveille-toi ! Les barbares sont aux portes de ta cité !

Gilgamesh, toi le roi bâtisseur de la fière cité d’Ourouk,
Toi qui, après tant d’aventures périlleuses, faisais admirer le solide rempart de terre cuite que tu avais fait édifier autour de ta cité,
Réveille-toi car les barbares sont de retour.
Toi qui, avec Enkidou, avais vaincu le grand taureau céleste, sache que ces minables ont détruit un grand taureau ailé assyrien à Mossoul.

                                      Couverture de Renaud Perrin 

Mossoul, c’était Ninive, là où l’Anglais Austen Henry Layard avait, au milieu du XIXe siècle, retrouvé les milliers de tablettes d’argile, couvertes de signes cunéiformes qui contaient tes exploits. Si ces tablettes gisant dans la bibliothèque royale d’Assourbanipal n’aient pas été envoyées au British Museum de Londres pour être plus tard traduites par Henry Rawlinson, sans doute n’aurions nous pas autant apprécié ta légende, Gilgamesh, car ces barbares sans âme, ces crétins hors norme, qui n’appartiennent à aucun temps auraient été capables de tout saccager.        
C’est aussi à Ninive, donc à Mossoul, que l’ancien graveur de coupures bancaires, George Smith (1850-1876), assyriologue autodidacte, a retrouvé la 11e tablette de ton Epopée, celle qui raconte le déluge babylonien vécu par Outa-Napishtim.
Ces barbares dénués d'humanité qui se condamnent à n’avoir aucun avenir puisqu’ils nient la plus profonde partie de leur propre passé ont encore détruit les ruines assyriennes de Nimroud, sur les rives du Tigre, insultant l’Histoire du berceau de l’Humanité et de l’écriture.
On avait déjà vu leurs semblables saccageant en 2003 le musée archéologique de Bagdad sous les yeux indifférents (donc complices) des soldats américains.
Mais ces hypocrites sont aussi des voleurs car ils dérobent les pièces archéologiques qu’ils revendent sans vergogne aux plus offrants.
Depuis, ils ont fait pire à Palmyre, décapitant l'âme du lieu et détruisant un temple de 2000 ans.
Honte aux pays occidentaux qui laissent perpétrer ces crimes et, sans vergogne, font le commerce des antiquités avec ces assassins.   



Merci aux archéologues et aux fouilleurs des pays concernés qui, jadis,  ont mis à jour et sauvé les trésors de la Mésopotamie dont certains sont exposés au Louvre comme les statues de Gilgamesh provenant du Palais de Sargon II à Khorsabad. Merci aux savants qui ont assuré les meilleures traductions de L’Épopée de Gilgamesh.     

Aucun commentaire:

Publier un commentaire