dimanche 7 février 2010

Pierre Vaneck et Marianne de ma jeunesse


Pierre Vaneck était Vincent, L'Argentin dans Marianne de ma jeunesse


Il y a une semaine, nous apprenions le décès de Pierre Vaneck, survenu le 31 janvier 2010.

Je garde surtout de lui une image (si réductrice qu'il a aussitôt cherché à la détruire). C'est celle qu"il incarne en 1954, à l'âge de 23 ans (mais il garde alors l'allure d 'un adolescent), dans le film de Julien Duvivier, MARIANNE DE MA JEUNESSE, sorti en 1955.

Dans cette fiction romantique (certains jouant les blasés parleront de, "mélo poétique", sans doute parce que l'histoire fait penser au Grand Meaulnes ou à un "Signe de piste"), il est Vincent, l'Argentin, joueur de guitare et chanteur. Porteur de mystère et d'exotisme, il est capable de séduire autant les jeunes filles que les animaux qui se pressent aussitôt vers lui, dès sa venue.

Scénarisé par Peter de Mendelssohn, d'après son roman, Douloureuse Arcadie, le film en noir et blanc met en scène Marianne Hold (Marianne), Gil Vidal (Manfred), Isabelle Pia (Lise) et le jeune Michael Ande (Petit Félix). J'allais oublier Jean Yonnel qui joue un impressionnant, voire effrayant Chevalier, accompagné d'un terrible cerbère, entouré de ses chiens féroces !

L'essentiel de l'action se passe au château de Heiligenstadt dont "l'ombre s'étend sur trois frontières", entouré de bois et de brumes, perdu au bord d'un lac où s'abreuve la faune. Je n'en dirai pas plus mais je précise tout de même qu'il existe une version allemande (Marianne, meine Jugendliebe), tournée simultanément, avec Horst Buchholz qui passait alors pour le James Dean d'Outre-Rhin... Les chanceux pourront voir sur You Tube une séquence de chacun des deux films...
Faut-il vaiment ajouter quelques paroles de la chanson inspirées par le film à Gilbert Bécaud ? Oui ? Bon, vous l'aurez voulu :
Marianne de ma jeunesse
Ton manoir se dressait
Sur la pauvre richesse
De mon rêve enchanté...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire