mardi 16 février 2010

Collection "Jeunesse poche" (Hatier-G.T. Rageot)







Voici une collection de poche jeunesse née il y a 40 ans. Elle fait aasez partie du "cercle des collections disparues" mais des titres ont été heureusement réédités.

"Jeunesse poche" : une des premières collections de livres de « poche »
En 1970, chez G.-T Rageot (où Catherine Scob a pris la relève de Tatiana Rageot, décédée en 1972), associé à Hatier, apparaît la première collection de livres de poche de la future décennie. Elle s’appelle tout simplement "Jeunesse poche" (1970-1974) et publie des œuvres très inégales. Une part de son originalité vient du développement de quatre sections abordant des genres jusqu'alors encore un peu suspects dans le secteur jeunesse, l'anticipation (ainsi nommait-on encore prudemment la science-fiction), le policier (L’Oiseau de mort du Cap Horn de Jean Merrien), l'aventure (Les Pirates de Bornéo de Michel Grimaud) et l'espionnage ("Dossier Poissons" de Bertrand Solet où l'on parle déjà des méfaits d'une étrange pollution). Pierre Pelot, avec les aventures d’Aryan Dhaye (développées depuis Une autre Terre jusqu’à l’épisode frôlant le fantastique de L'Ile aux enragés), et Christian Grenier, avec Sabotage sur la planète rouge (suivi de Aïo, terre invisible), y publient leurs premiers romans de S-F et c'est la 1ère première fois qu'une collection pour jeunes privilégie ce genre, illustré par 14 titres sur 35 ! En plus de S.O.S. Envoyez fusée de D.H. Halacy, on y traduit Gil dans le cosmos et Gil revient sur terre d’Adrien Martel. Révolte sur Titan, traduit du récit d'A. Nourse, bénéficiera de deux couvertures, sans doute en raison des sévères critiques adressées par Jacques Van Herp dans son Panorama de la science-fiction en 1975. Michel Grimaud situe Le Peuple de la mer (avec une couverture de Claude Auclair), dans une civilisation post atomique et dans Le Secret de Saturne de Daniel Wollheim, on ne sait si Bruce parviendra à éviter à la Terre une effroyable apocalypse. Signalons encore Cosmonautes contre diplodocus du polytechnicien Pierre Devaux surtout connu pour ses récits publiés précédemment chez Magnard dans la collection "Sciences et Aventures".

Atouts de la collection : un prix modique, un format de poche pratique, une présentation agréable mais inégale. Pierre Pelot bénéficie des superbes couvertures de Claude Auclair mais le 1er roman de Christian Grenier paraît « saboté » par une couverture plutôt médiocre. Les illustrations de couvertures sont d'ailleurs très inégales. Cette collection n'a pas eu l'essor qu’elle méritait.
On a oublié les intrigues et enquêtes d’Odette Sorensen (L’Inconnu à la houppelande et Un certain Curtis Rhodes) et Deux yeux dans la nuit d’Alice Boutroux mais les aventures policières de l’adolescent Sans-Atout, nées dans la collection et écrites par le duo Boileau-Narcejac (Sans-Atout et le cheval fantôme, Sans-Atout contre l’homme à la dague, Les Pistolets de Sans-Atout), seront l'objet de nombreuses rééditions chez Hatier puis chez Gallimard, tout comme les énigmes policières de François Vernières (alias Michel-Aimé Baudouy) quand il écrit L'Affaire Mister John ou Enquête sur la grande côte, en 1971 et 1973. Notons les aventures du jeune enquêteur Kalle Blomkvist campé par Astrid Lindgren dans L’As des détectives (1948), traduit en 1972 et la traduction de L’Insaisissable contrebandier de Hugo Kocher.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire